Quand la pauvreté rend aveugle

Atteinte de la cataracte aux deux yeux, Samira avait fini par perdre la vue. La petite Ghanéenne était en principe condamnée à ne jamais être autonome. En principe. Car Samira a eu de la chance.